L'appareil lacrymal


    L'appareil lacrymal est l'ensemble des organes qui secrètent et excrètent les larmes et le film lacrymal. Il est constitué de glandes et de canaux.

La glande lacrymale principale :


    C'est une glande exocrine en forme de grappe, composée de plusieurs lobes séparés par du tissu conjonctif. Chaque lobe est constitué d'acini. Elle est innervée par la 5ème paire de nerfs crâniens et séparée en deux parties inégales par le muscle releveur de la paupière supérieure. La portion orbitaire est la plus volumineuse; elle est de forme ovale, légèrement aplatie et  logée dans la fossette lacrymale de l'os frontal. La portion palpébrale est deux fois plus petite, elle se situe dans l'épaisseur de la paupière supérieure. Chaque portion possède une dizaine de canaux excréteurs qui s'ouvrent dans le fond du cul de sac conjonctival supérieur.




Les glandes lacrymales accessoires : 


    Ce sont de minuscules glandes situées dans la conjonctive de l'oeil. Elles élaborent le film lacrymal qui hydrate et nourrit la cornée. On en distingue trois types:
- les glandes à mucus ou cellules mucineuses de l'épithélium conjonctival  qui produisent la couche mucoïde, la couche la plus interne du film lacrymal, qui a pour but d'éviter l'évaporation
- les glandes à sécrétion séreuse, situées dans les culs-de-sac conjonctivaux, de structure similaire à celle de la glande lacrymale principale, qui produisent la couche aqueuse qui transporte tous les éléments hydrosolubles
- les glandes de Meibomius qui produisent la couche superficielle lipidique du film lacrymal, le meibum, sécrétion lipidique d'acides gras, de triglycérides et de cholestérol.
Le film lacrymal, composé de ces trois couches,est étalé en une fine couche qui permet l’entretien et la lubrification des conjonctives grâce au clignement des paupières. Il sert également à protéger la cornée par apport d’éléments permettant la nutrition et l'élimination des corps étrangers. Il permet aussi une lubrification dont le but est d’empêcher la survenue d’érosions et de plaies.

NB: La conjonctive de l'oeil est une membrane muqueuse transparente qui tapisse l'intérieur des paupières et les unit au globe oculaire sur lequel elle se poursuit jusqu'à la cornée. C'est elle qui recouvre le blanc de l'oeil appelé sclérotique.

Les voies lacrymales : 


    Ce sont les voies d'excrétion des larmes. Du bord interne des paupières jusqu'aux fosses nasales elles comprennent:

- le lac lacrymal, un petit espace triangulaire à la jonction des deux paupières dont le fond est formé par la caroncule lacrymale.
- les points lacrymaux, de petits orifices situées sur le bord intérieur de la paupière, au sommet du tubercule lacrymal, qui, toujours béants plongent en permanence dans le lac lacrymal.
- les canalicules lacrymaux, fins canaux ayant pour origine le point lacrymal et possédant deux portions; la première verticale,courte et la seconde horizontale et plus longue. Les deux canalicules lacrymaux se réunissent en un canal d’union qui gagne horizontalement le sac lacrymal. Ils sont situés dans l'angle interne et dans la paroi nasale et sont reliés à la cavité nasale par le canal lacrymo-nasal.
- le sac lacrymal, réservoir membraneux cylindrique aplati transversalement et en continuité avec le canal lacrymo-nasal.
- le canal lacrymo-nasal, canal de 15 mm de longueur et de 3 mm de diamètre faisant suite au sac et s'ouvrant au sommet du méat inférieur des fosses nasales.


Le trajet des larmes :


    La glande lacrymale libère continuellement des larmes sur la face antérieure du bulbe de l’œil par l’intermédiaire d’une dizaine de ductules excréteurs de petite dimension qui les transportent jusqu’à l’espace conjonctival. Là, les canaux déversent les larmes sur la partie supérieure du globe oculaire, où elles peuvent nettoyer, humidifier et lubrifier le globe oculaire et la paupière. Les larmes s'écoulent ensuite le long du canthus. La plus grande partie des larmes s'accumule dans le canthus interne (du côté interne de l'oeil). Cette accumulation de larmes est appelée lac lacrymal. Le lac lacrymal se déverse ensuite dans le conduit lacrymo-nasal.

NB: C’est pour cette raison que, lorsque nous pleurons, notre nez coule sans cesse. Le système nasal étant étroitement lié à la bouche, on peut aussi y retrouver des sécrétions lors des pleurs. 

L’os lacrymal joue lui aussi un rôle important car on y retrouve un sillon qui permet l’écoulement des larmes. Une production de larmes constante permet de maintenir la lubrification de l’œil. C’est seulement lorsqu’il y a sécrétion lacrymale excessive que nous pouvons apercevoir les larmes couler sur les joues : les canaux lacrymaux ne peuvent plus absorber les sécrétions lacrymales. On parle ici d’un débordement hors des paupières.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire